Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 novembre 2011

Rocard en flagrant délit de manipulation oratoire

Alors que Michel Rocard avait la réputation d’être un politicien de haute volée intellectuelle, voici qu’il nous donne un condensé de discours hautain, simpliste et un brin manipulateur (cf son interview du 13 novembre rapportée par Le Monde.fr).

« Vouloir attenter au nucléaire est une folie" (…) Je souhaite profondément que les Verts comprennent : nous sommes entrés dans le pic pétrolier, dans 7 ou 8 ans, il y aura une diminution frénétique" des ressources pétrolières, a mis en garde M. Rocard. "Le charbon tue beaucoup plus de gens", a-t-il affirmé, ajoutant que "le nucléaire est beaucoup moins dangereux que l'on ne le saurait". "Il nous faut retrouver sur le nucléaire de la sérénité", a fait valoir l'ancien premier ministre.

« Vouloir attenter au nucléaire est une folie » : Le ton est donné. Ceux qui ne pensent pas comme Rocard sont fous. Il s’agit d’un crime. Accordons un mérite à cette entame : elle devrait alerter le lecteur sur l’intention ou l’état d’esprit de Rocard : il va nous donner son sentiment en jouant sur nos sentiments. Mais nous écoutons un homme politique réputé expérimenté et sérieux, et nous lisons ses propos sur un journal réputé « de référence ». Alors, écoutons la suite.

 

Rocard souhaite que « les Verts comprennent » : il ne s’agit donc pas d’un désaccord, mais, selon Rocard, d’un écart entre lui qui sait, qui a compris, et les Verts qui ne savent pas. Quel mépris ! Voilà notre grand homme qui nous fait le coup de la pédagogie : il faut expliquer au peuple (…) et il comprendra. Si on écarte l’interprétation « du mépris », il reste la manipulation : « il faut comprendre que …. » est un procédé oratoire qui consiste à nier qu’il puisse y avoir débat, à nier le point de vue de l’interlocuteur.

 

« Il y aura une diminution frénétique (…) » : pourquoi cet adjectif de frénétique qui contraste avec la neutralité de « dans 7 ou 8 ans » ? En l’état actuel des connaissances, la formule « nous sommes entrés dans le pic pétrolier » est juste (pour préciser l’année exacte, il faudrait se lancer dans une analyse fine des statistiques),  mais je ne vois pas sur quoi se fonde ce mot de frénétique. Il s’agit donc là d’un adjectif dont la finalité est de provoquer une émotion, en alertant sur l’urgence, la dimension dramatique de la diminution à venir des ressources pétrolières.

 

« Le charbon tue beaucoup plus de gens » : argument ressassé, c’est une affirmation sans doute exacte au vu des victimes directes et connues. On pourrait débattre en intégrant les victimes à long terme des accidents nucléaires ou chez les sous-traitants mal protégés. Mais le problème n’est pas là et je présume que Rocard le sait bien. Les opposants au nucléaire ne contestent pas les victimes nombreuses provoquées par l’utilisation du charbon (accidents dans les mines + pollution de l’air). Mais ils placent la réflexion sur d’autres plans que Rocard ignore superbement, par exemple : les risques en cas de catastrophe majeure, les risques liés à la dissémination, les risques sur le long terme suite aux difficultés à gérer les déchets nucléaires.

 

« Le nucléaire est beaucoup moins dangereux … » : affirmation gratuite. Déjà, il aurait fallu préciser dans quelles circonstances se situe ce propos : en France avec nos procédures de sécurité ? ou bien dans un pays en proie à une guerre civile et à une déliquescence complète de son système économique et social ? Le propos de Rocard est faux si on utilise rigoureusement le mot « danger » qui signifie « dommage potentiel ». Rocard confond le danger et le risque, or la distinction entre ces deux notions est fondamentale dans toute démarche de prévention.

 

« Il nous faut retrouver de la sérénité » : le propos est ambigu. Si Rocard sous-entend qu’il n’y a pas de sérénité dans le débat, il fait un mauvais procès à ses interlocuteurs anti-nucléaires qui ont, en fait, muri leur réflexion depuis des années. Si Rocard veut dire qu’il faut être serein vis-à-vis de l’énergie nucléaire, le propos est protecteur, un brin moraliste, en signifiant « soyez tranquille ».

 

En conclusion, j’entends Rocard nous dire « dormez en paix braves gens », mais, là, je réagis avec émotion car je ne reste pas serein vis-à-vis des responsables politiques qui abusent de leur autorité avec des discours qui manquent de rigueur intellectuelle.

 

Francis Odier, 14 novembre 2011

09 juin 2011

3 h 30 de crolleries

En clôture de mon mandat d’élu local, je suis heureux d’avoir participé à ce conseil du 27 mai 2011. Avec un ordre du jour particulièrement dense, ce fut une anthologie du fonctionnement de notre assemblée, en s’approchant du meilleur qui pourrait réconcilier la politique et les citoyens, sans frôler le pire qui justifierait vraiment de s’indigner, mais avec quelques exemples de cette démocratie gâchée qui anesthésie et pollue la vie publique.

 

Le conseil était presque au complet, signe d’un grand jour. Même Olivier avait fait le déplacement.

 

L’ambiance était plutôt détendue. Chacun échangea quelques nouvelles avec ses voisins. Nous eûmes le bon mot du maire sur le mur de Bernin qui venait de tomber. Certains s’affairaient sur leur BlackBerry, leur iPod, leur iPhone ou d’autres joujoux modernes qui permettent de s’évader d’un lieu où l’on regrette de s’être rendu sans avoir osé ne pas s’y rendre.

 

Trois délibérations rectificatives, un pourvoi en cassation sur l’affaire du Château, une transaction pour clore un litige avec un fournisseur … l’ombre du contentieux et du contrôle juridique planait dans l’assemblée. C’est peut-être ce climat qui conduisit le maire à affirmer qu’il fallait se soustraire à la loi, comme s’il voulait par ce lapsus inédit nous faire partager sa douleur à se soumettre !

 

Le récit de ce conseil - 5 pages : Récit - 3 h 30 de crolleries.pdf

 

Le sommaire du récit :

- Deux opérations bien contrastées de réhabilitation thermique

- Vite, une salle festive !

- Et l’adjointe parla …

- Le cheminement piéton cycle dans le parc du château se fait attendre

- Un dérapage très contrôlé

- L’eau, bien essentiel

- Pas besoin de 6ème république

 

 

11 mai 2011

Ethique de la transparence

« L’année 2011 doit être celle de l’éthique » nous propose le médiateur de la république.

 

Nous avons besoin de transparence sur l’éthique. Alors, voici mon éthique de la transparence, les principes dont je m’inspire et que je voudrais voir appliquer en politique.

 

1) Sincérité dans l’expression publique des intentions. Un exécutif devrait afficher ses projets dès qu’ils sont clairement conçus et qu’ils sont engagés (ce qui ne veut pas dire qu’ils vont aboutir). Par exemple, une municipalité devrait afficher ses projets en matière d’urbanisme (les contacts avancés avec la grande distribution ou avec un promoteur). Un élu devrait afficher ses intentions personnelles quand elles sont claires dans sa tête : ce qu’il veut faire de son mandat, s’il envisage ou non de faire une carrière etc. Pour la présidentielle, je préfère Hollande, Royal, Montebourg et de Villepin qui jouent mieux le jeu de la transparence précoce que DSK et Sarko qui font semblant de ne pas savoir s’ils ont envie d’être candidat. Ce principe de sincérité suppose que la société dans son ensemble devienne tolérante, voire bienveillante, vis-à-vis des changements de cap et des échecs : en gros, je te demande d’être sincère sur ton intention ici et maintenant, et j’accepterais sans sourciller que tu changes d’avis. Dit autrement, si nous voulons la sincérité, nous devons accepter la réalité, à savoir les échecs et les volte-face  

 

Equilibre entre la sincérité sur ses opinions et l’auto-censure par discipline collective. Je ne suis pas assez naïf pour espérer que chaque élu parle aussi librement que je peux le faire ! Je comprends bien qu’un exécutif ou même une majorité ne peut fonctionner que s’il existe une certaine cohésion en son sein. Mais tout est affaire d’équilibre. Les assemblées de godillots et l’omerta tuent la démocratie.

 

2) Effort permanent pour distinguer les faits et les opinions. Refus de la langue de  bois et des discours manipulateurs. Equilibre entre les grandes idées théoriques, les grandes envolées lyriques fumeuses et les idées concrètes appuyées sur la réalité. La responsabilité de ceux qui ont le pouvoir est de produire des discours honnêtes. Cf le « petit cours d’autodéfense intellectuelle » de Baillargeon. Les discours creux, faux et / ou manipulateurs sont une source majeure de perte de confiance des citoyens dans leurs élus.

 

3) Obligation de signature = refus de l’anonymat, refus de la pratique des ballons d’essai, des fuites contrôlées.

 

4) Transparence complète et fluide (publication rapide sur des sites publics) de tout ce qui est rapport d’étude, appel d’offres, avis sur un dossier, document présenté en commission, courrier officiel entre deux institutions etc.

 

5) Transparence rigoureuse sur les indicateurs qui objectivent la vie de la collectivité - via des organismes indépendants chargés de collecter et publier  toute donnée factuelle concernant la collectivité : les comptes, les agressions et incivilités,  la fréquentation des établissements publics, transports publics, le trafic routier, la qualité de l’eau, la qualité de l’air, … Si déjà, les collectivités publiaient rapidement ce qui existe, on franchirait un bon pas. Ensuite, sans dépenser grand-chose, les collectivités pourraient financer des structures associatives chargées de ce travail via des contributions citoyennes bénévoles.

 

6) Pluralisme des expertises : pour les sujets complexes où il est illusoire de chercher une vérité unique et objective, la transparence suppose des dispositifs de controverses. Cf l’exemple du nucléaire. Cf aussi les questions d’urbanisme et d’aménagement local.

 

7) Respect de la confidentialité (non transparence) des conversations privées, des propos tenus lors des réunions non publiques, de la correspondance privée, de la correspondance officielle au sein d’une ligne hiérarchique ou au sein d’une même institution, des rapports provisoires et documents de travail échangés entre un prestataire et son donneur d’ordre. Toute instance peut légitimement se réunir à huis clos. Je ne suis pas favorable à une transparence à la mode Wikileaks. Cependant, la correspondance privée peut être publiée après … un certain temps (quand le canon est refroidi, par exemple, à des fins historiques ou avec l’accord des intéressés).

 

Si ces principes avaient été respectés, la Rocade Nord aurait disparu beaucoup plus vite de la circulation, Montbonnot serait déjà dans la Métro (l’agglomération grenobloise), nous n’aurions pas eu la baisse de la TVA sur la restauration, le bouclier fiscal n’aurait pas dépassé l’imagination de quelques personnes fortunées, Ben Ali aurait quitté le pouvoir il y a déjà de longues années, etc etc.

 

Francis Odier, 11 mai 2011

La transparence fumée crolloise

On le sait à propos du nucléaire, des risques technologiques ou de l’économie, la transparence est une exigence de démocratie et d’efficacité. La crise des subprimes est pour une large part la conséquence directe de l’opacité des marchés financiers. La crise grecque a été d’autant plus grave que les comptes de l’Etat Grec n’étaient pas sincères. Ce que l’on nomme « les affaires » politico-financières, les conflits d’intérêts, ne sont rien d’autres que des dérives qui prospèrent à l’abri des regards et qui n’auraient jamais vu le jour dans un régime de transparence.

 

On pourrait multiplier les exemples. Retenons que la fluidité, la justesse et la sincérité de l’information sont des conditions vitales pour toute ambition démocratique.

 

En matière de transparence, la situation crolloise n’est guère satisfaisante comme le montrent les exemples ci-dessous. Le maire, en habile manœuvrier, avec le soutien sans faille de sa majorité, ne franchit pas la ligne rouge qui pourrait le mettre en danger. Il est plutôt borderline : donner le moins d’information possible, le plus tard possible, tout en s’affichant légaliste et de bonne volonté. C’est la forme qui masque le fond.

 

Je commence par un sujet d’actualité : l’obstruction vis-à-vis du droit d’expression des conseillers de l’opposition. Refus de l’expression politique de l’opposition sur le site web de la commune. Refus de publier ma chronique de mai dernier. Refus de donner la parole aux minorités à l’occasion des Etats Généraux de Crolles … La majorité crolloise apprécie peu le pluralisme, elle préfère l’entre soi.

 

Le budget 2011 a été voté en mars sans que les conseillers ne disposent des comptes réalisés 2010. L’information comptable sera publiée plus tard (fin juin), trop tard. Un directeur financier qui demanderait ainsi à son conseil d’administration ou à son comité d’entreprise d’approuver le budget de l’année n + 1 sans donner le réalisé provisoire de l’année n serait immédiatement limogé. Mais nous sommes à Crolles et la majorité vote le budget sans demander les comptes réalisés.

 

Via le vote du budget 2011, la majorité vient brusquement de décider le déménagement de la déchetterie pour 3 M€. Pour quoi faire ? Pour installer une nouvelle enseigne commerciale ? Laquelle ? Quelle urgence commande cette décision inopinée, jamais évoquée durant les discussions sur le PLU ? Voilà un manque criant de transparence sur les intentions et sur le processus de décision.

 

Concernant les finances, la commune devrait publier le détail de ses comptes sur le site web de la ville. Il ne s’agit pas de communiquer avec des graphiques soigneusement calibrés, mais de fournir des données sources, sur un format standard, de manière à permettre à chaque citoyen de s’approprier les chiffres et de produire ses propres analyses. Cf ma chronique sur la main à la pâte.

 

J'apprend incidemment que la municipalité remet le tracé de la déviation en étude. Pourquoi ? Avec quels objectifs ? Quelles contraintes ? La transparence, ce n’est pas distiller au compte goutte des informations choisies, ce devrait être la mise à disposition des élus et de la population des éléments disponibles pour apprécier la situation, faire des propositions et se préparer à donner un avis sur le projet de la municipalité.

 

Intéressons nous aux Transports du Grésivaudan. La transparence sur la fréquentation du réseau (avec des informations détaillées et fournies régulièrement) permettrait de répondre aux interrogations suscitées par la vue de bus vides et contribuerait à nourrir le débat sur les ajustements nécessaires de l’offre de transport.

 

Sur le quartier durable, en réunion publique, on nous annonce que la concertation démarre tout juste et qu’il faut en fixer ensemble les modalités. Dans le même temps, la commune lance un appel d’offres pour la maîtrise d’œuvre des voies et des réseaux, des priorités et un planning ont été établis, une enveloppe financière a été estimée, la répartition par type d’habitat est faite … Cahier des charges - pour maitrise d'oeuvre voirie et réseaux quartier durable.pdf

Le Plan Local d’Urbanisme est, avec le budget, une décision locale majeure, structurante pour l’avenir à moyen et long terme de la commune. Le PLU de Crolles a fait l’objet de réunions publiques, d’une exposition dans une salle communale et de plusieurs commissions cadre de vie. Très bien … sauf que le règlement d’urbanisme lui-même, qui est le cœur du sujet, la partie concrète, n’a été communiqué aux conseillers qu’une semaine avant la réunion du conseil municipal où il a été approuvé. Donc le règlement n’a pas été discuté. Il a été remis le plus tard possible, ce qui est la meilleure manière de limiter les analyses critiques.

 

Dans le cadre de l’enquête publique sur le PLU, le préfet et le commissaire enquêteur émettent des avis critiques qui pointent des faiblesses du dossier. Je demande la mise en ligne de ces avis, ainsi que l’avis de Trait d’Union, sur le site de la commune. Refus.

 

Nous avons là toute l’ambigüité de la transparence fumée. Formellement, l’information est disponible en mairie. Mais si, confiant dans vos élus majoritaires, vous vous contentez de lire et d’entendre la communication municipale, vous n’avez qu’une vision tronquée du dossier. Vous pouvez croire que vos conseillers d’opposition sont des marginaux enquiquineurs par principe … alors que, sur bien des sujets, ils sont en phase avec le préfet et le commissaire enquêteur !

 

La digue du Fragnès. Pendant plus de deux ans, je demande à consulter les études de positionnement de cet ouvrage pare-blocs qui fait débat car tout montre qu’il a été conçu en vue de la poursuite de l’urbanisation, et non dans le seul but de protéger les habitations, ce qui est pourtant l’objectif affiché. Après moult péripéties qui sont trop longues à raconter ici, le directeur des services techniques convient enfin, en commission Cadre de Vie, qu’il n’y a pas eu d’étude formelle, mais, à l’époque, une appréciation sur le terrain, sans compte-rendu écrit. Aujourd’hui, deux mois après la réunion, le compte-rendu de la commission n’est pas diffusé. Je ne sais pas si le propos du directeur technique, qui serait la première confirmation de source officielle que le positionnement n’a pas été étudié sérieusement, sera publié.

 

Enfin, pour conclure sur un thème qui sort de la pure responsabilité communale mais dont la municipalité pourrait cependant se saisir, le débat sur l’agriculture (nos agriculteurs sont-ils raisonnables dans l’utilisation des pesticides ?) progresserait considérablement s’il y avait transparence sur les produits phytosanitaires utilisés et sur les quantités consommées.

 

Francis Odier, 11 mai 2011

16 novembre 2010

Liberté / diversité

Ensemble pour Crolles, nous sommes trois élus. Suite à la fameuse chronique sur le Patrimoine qui fout le camp, et à quelques autres interventions qui ont déplu, mes colistières ne veulent plus cautionner ce que j'écris. Nous nous mettons d'accord pour l'annoncer, un peu comme dans un avis de divorce, et de faire une ultime chronique signée ensemble. Je prépare deux propositions.

 

 En toute simplicité

 

Vous l’avez constaté depuis quelques mois : les chroniques d’expression politique de Ensemble pour Crolles ne sont pas toutes signées par les trois élus de cette liste.

 

Pourquoi ? Tout simplement car nous ne sommes pas d’accord entre nous sur un certain nombre de sujets d’importance tels que le budget, le PLU, les modalités d’expression politique.

 

Pourquoi Francis Odier est-il toujours signataire ? Tout simplement car jusqu’à présent c’est lui qui écrit les chroniques.

 

Sommes-nous dans l’opposition ou dans la majorité ? La question ne se pose pas ainsi. Nous avons voté Pour l’immense majorité des délibérations. Francis Odier a voté Contre le budget, le PLU, un bon nombre de subventions aux sportifs de haut niveau et quelques autres textes.

 

A quoi servons-nous ? Question difficile ! Merci de l’avoir posée … Se demander à quoi sert un élu minoritaire, c’est comme se demander à quoi sert la démocratie.

 

Que va-t-il se passer pour la suite ? Bien malin celui qui le sait ! Mais chacun de nous va continuer à assumer son mandat d’élu selon ses convictions, à sa manière, dans le respect de ce qu’il pense être l’intérêt général.

 

 

Sincérité et pluralisme

C'est ce texte qui est publié dans le Journal Municipal.

 

Début 2008, inscrits sur la liste Ensemble pour Crolles, nous avons fait campagne avec quelques idées conductrices – cf les documents diffusés de janvier à mars 2008 dont nous reprenons ici quelques extraits :

-        Un urbanisme maîtrisé : préserver le cadre de vie, favoriser le développement harmonieux de la ville (…)

-        Crolles, éco-ville : encourager les transports en commun, favoriser la mobilité douce, préserver la plaine et ses espaces verts dans leur vocation (…)

-        Une démocratie active. (…) A Crolles, la démocratie a été endormie. Avec la municipalité sortante, nous avons surtout l’apparence de la concertation. La communication est abondante, mais pauvre en informations et pas toujours sincère.

-        Un projet sur mesure pour Crolles (…) La démocratie municipale, ce n’est pas un camp contre un autre camp, c’est reconnaître que tous les talents sont nécessaires pour mener à bien les projets (…) le pluralisme, c’est ce que nous proposons pour Crolles.

 

Depuis bientôt trois ans, réunion après réunion, dossier après dossier, nous avons eu l’occasion d’ajuster notre vision de la vie locale et de traduire ces idées de campagne en propositions et prises de positions.

 

Appréciant la situation au cas par cas, nous votons, ensemble et avec la majorité municipale, ‘Pour’ environ 95 % des délibérations proposées.

 

En revanche, sur un certain nombre de sujets importants, nous constatons des désaccords entre nous, désaccords que nous ne craignons pas d’afficher, privilégiant toujours la liberté d’expression et la sincérité à la discipline de groupe.

 

Par exemple, Francis Odier a voté ‘Contre’ le budget 2010, le PLU, les acquisitions foncières pour la digue du Fragnès et la plupart des subventions en faveur de sportifs de haut niveau. Par ailleurs, nous faisons le constat de différences de point de vue entre nous sur la place à donner à l’expression politique et sur ses modalités.

 

C’est pourquoi nous ne signons pas toujours tous les trois la présente chronique. Il en sera de même à l’avenir.

 

La démocratie représentative vit quand les élus défendent leurs convictions. Nous restons à votre écoute.

 

Corinne Durand, Françoise Dragani et Francis Odier